backhome chantiers nomades
Accueil - Chantiers - L’opéra, un art du paradoxe
2022 - Opéra
Inscription

L’opéra, un art du paradoxe

7 au 18 février 2022 - 10 jours / 70 h

Opéra national de Lorraine à Nancy

Chantier ouvert à 15 chanteur•euse•s lyriques et metteur•euse•s en scène d’opéra

Jean-Yves Ruf
Metteur en scène, comédien, pédagogue

L'opéra, un art du paradoxe
© Rodolphe Gonzalez

Après une formation littéraire et musicale, il intègre l’Ecole nationale supérieure du TNS (1993-1996) puis l’Unité nomade de formation à la mise en scène (2000), lui permettant notamment de travailler avec Krystian Lupa à Cracovie et avec Claude Régy.
Son travail de metteur en scène prend des formes très différentes : textes classiques, écritures contemporaines, opéras (dernièrement La Finta Pazza de Francesco Sacrati à l’Opéra de Dijon), dramaturgies plurielles : Chaux Vive, Silures, Jachère. En 2018, il met en scène un diptyque formé de deux pièces en un acte, l’une de Joseph Conrad, l’autre d’Eugène O’Neill, Maillon-Wacken. En 2019, il monte La vie est un songe de Pedro Calderón de la Barça au Théâtre du Peuple à Bussang et avec Lilo Baur En se couchant il a raté son lit d’après les textes de Daniils Harms au TGP à Saint Denis. En 2020, il écrit et met en scène Il va où le blanc de la neige quand elle fond, créé au Petit Théâtre de Lausanne et adapte, avec Jean-Christophe Cochard J’ai saigné d’après Blaise Cendrars créé à l’Espace des Arts de Chalon-sur-Saône.
Parmi les rôles qu’il interprète au théâtre, citons Benedict (Beaucoup de bruit pour rien, Shakespeare), Lopakhine (La Cerisaie, Tchekhov, Théâtre du Peuple/Bussang), ou encore Traps (La Panne, Dürrenmatt, Théâtre de Carouge. En 2017, il joue également dans Le zoophile, un solo d’Antoine Jaccoud mis en scène par Emilie Charriot au théâtre de Vidy et dans Tarkovski, le corps du poète mis en scène par Simon Delétang et créé au TNS.

L’opéra, un art du paradoxe

L’opéra est un art complexe, riche, paradoxal, où se mêlent et se tissent beaucoup de dimensions différentes : double structure, musicale et littéraire - double niveau, fosse et plateau - double direction, musicale et scénique. Sans parler des contraintes rythmiques et structurelles très fortes, des choix scénographiques qui doivent tenir compte de l’acoustique, etc… C’est cette complexité qui rend cet art si passionnant et en continuelle évolution.

Autant les chanteurs, les chanteuses, qui viennent d’une formation principalement musicale, sont parfois un peu fragiles concernant l’art du jeu, autant les metteurs, les metteuses en scène, issus très souvent d’une formation théâtrale, peuvent se sentir novices sur la question des équilibres sonores, des tonalités, de la structure musicale.

Ce chantier a pour ambition de réunir quatre metteurs ou metteuses en scène, et huit chanteurs et chanteuses, pour expérimenter ensemble, partager nos problématiques, nos fragilités et nos questionnements, d’un côté comme de l’autre. Libérés des contraintes de temps et d’efficacité liées à la production, nous aurons le luxe rare de la recherche, de tentatives successives, de processus allant du travail dramaturgique à l’improvisation.

Chaque interprète viendra avec une aria, chaque metteur ou metteuse en scène proposera un duo, ou un récitatif suivi d’un duo. Les séances de travail seront en partie publiques, nous permettant ainsi de poser concrètement la question de l’adresse.

Cela nous donnera largement le terreau et le matériau nécessaire pour expérimenter et développer ensemble une intelligence collective des questions et sujets traversées au cours du chantier.

Jean-Yves Ruf

Partager cet article
© Les Chantiers Nomades 2021 - Charte Studio Desperado - Webdesign : chrisgaillard.com - Site mis à jour vendredi 17 septembre 2021