25 septembre - 6 octobre 2023

80 h / 11 j

Théâtre Gérard Philipe - Cdn de Saint-Denis

Inscriptions ouvertes

Chantier ouvert à 14 artistes interprètes professionnel.le.s

On va direct à l’acte 3

Je travaille sur un théâtre brutal, intensément incarné, qui n’a de loi que lui-même, libéré des savoir-faire, des savoir-vivre pour qu’il raconte le sauvage, le sacré-cœur, là où on puise la force de ne pas consentir. Les personnages, pour moi, n’existent pas, il n’existe que des humains sidérés d’être cloués au sol par des situations extrêmes. Ils deviennent mythiques quand ils se relèvent, la rage au cœur transformée en pensée aiguisée.

Et ils disent.


Le théâtre est le seul endroit où on écoute comme ça, on écoute à ce point, on écoute tellement qu’on reconnait le son des plaies qui cicatrisent. Quand Nora quitte la maison de poupée sur deux talons fins, on écoute jusqu’au bout le son fuyant de ses pas, on entend résonner le son des choses définitives.

Travailler sur le chaos exprimé puis suspendu par le rire ou le silence, bref, travailler son coeur souple, contre toute logique, prêt tout à coup, à se remplir d’une tendresse de fleurs blanches, fines. Et là on comprend.


Je vous propose d’arpenter ces sentiers qui sont ceux que j’arpente. À la recherche de la force vitale chez l’acteur, ce qui lui appartient en propre, sa nécessité. Son « sans-ça-je-crève ».

Depuis King Lear Syndrome ou les mal-élevés j’aborde la question de l’héritage. Comment on hérite des anciennes grandes histoires, les mythiques, celles qui forgent les générations ? Comment avec respect mais sans révérence, on peut les retourner sens-dessus-dessous pour qu’elles nous servent immédiatement ? Comme un couteau lucide, qu’elles remettent en perspective notre humanité dans l’œil du spectateur.

Je vous propose de venir avec le rôle, le grand, celui que vous avez joué et qui représente pour vous une expérience-sommet, qui vous a bouleversé, modifié. Ou celui que vous n’avez pas joué mais dont vous savez qu’il est fait pour vous. Votre sur-mesure. Ou votre idéal. Et nous écrirons au plateau, autour, pour entendre tout à coup ces mots-là sortir dans les situations actuelles. Tisser le grand passé et le présent parfois pauvre de notre langage en plastique. Les classiques décrivent des mouvements de l’âme quand nous écrivons aujourd’hui les dynamiques d’individu, du tissage des deux langues peut naître une autre esthétique. Un théâtre à dossier, un théâtre patrimoine sur lequel s’appuyer. Pas un confortable fauteuil où se réfugier mais un plongeoir pour se propulser du grand 5 mètres dans l’air et l’eau de notre aujourd’hui sans cesse changeant.


Nous serons durant ces 11 jours main dans la main avec Laure Grisinger la dramaturge de TOUT UN CIEL près de vous, là, pour élaborer, enrichir, consolider, chaque séquence de jeu. Au bout nous aurions des séquences comme autant de planètes-bulles, racontant un acteur, son rêve se révélant dans des situations extrêmes pleines de cette humanité sans frontière, sans fil blanc entre lui et la situation. J’ai toujours détesté les actes I, on verrait des actes 3 en grandes formes où tout se noue. Des planètes bulles où affleure le non-exprimé. Un enfoui révélé.


Elsa Granat





Vignette page d'accueil : © Pascale Fournier





En partenariat avec le TGP - Cdn de St Denis

LOGO FRANCE CULTURE.png
Elsa Granat
Laure Grisinger