Mi-octobre – mi-novembre 2023

80 h / 11 j

Scène nationale de Bourg-en-Bresse

Inscriptions en cours

Chantier ouvert à 14 artistes interprètes profesionnel.le.s

Les romans, une matière à jouer

Avec notre compagnie Le Feu au Lac ainsi qu’avec le Collectif des Possédés, nous nous sommes souvent posé la question de l’adaptation du roman au théâtre.

Nous souhaitons lors de ce chantier porter différentes écritures littéraires au plateau pour les faire entendre, les croiser, les entremêler, et mettre à jour les coïncidences, correspondances et résonances qui existent entre elles.

Nous irons chercher du côté des auteur.rice.s d’après-guerre en France qui ont raconté leur époque. Celles et ceux dont on peut recueillir les témoignages ou lire les récits, et chez qui cette période a laissé une profonde empreinte ; les auteur.rice.s qui ont vécu une période de renaissance, de vitalité, de progrès sociaux, humains, intellectuels et moraux, de combats multiples, de lutte pour les droits des femmes, des hommes et des citoyen.ne.s.

Nous parlerons de l’époque réjouissante, combative et porteuse d’espérance qu’il faudrait faire attention à ne pas oublier. Nous nous pencherons sur les correspondances qui relient l’intime et l’universel.

Entre récits historiques, autobiographiques, et confessions intimes, à l’image Des Années d’Annie Ernaux, il s’agira pour nous, ensemble, de mettre en regard des écritures de cette époque commune et de composer, d’abord à la table puis au plateau (à partir, entre autres d’improvisations), une matière dramaturgique inédite, fragmentée, composée de textes reliés entre eux, extraits de romans et de récits, d’archives et de témoignages. Nous confronterons et ferons se rencontrer, et résonner entre elles, les différentes écritures. Nous vous inviterons à proposer des dialogues, des monologues, des poèmes ou récits qui enrichiront encore davantage notre propos.

Nous bousculerons les formes initiales pour fabriquer une matière vivante, poétique, ludique, en jeu et ce, avec encore et toujours l’intention de raconter une histoire qui lie l’intime à l’universel, aussi réjouissante, commune ou terrible soit-elle et ce, sous la forme d’un récit inédit et singulier.


Émilie Lafarge & Marie-Hélène Roig



La Matière

Annie Ernaux, La femme gelée et Les années.

Marguerite Duras, Le ravissement de L. Von Stein et l’Amant.

Son mari Robert Antelme qui avec L’Espèce humaine écrit l’un des livres les plus percutants et bouleversants sur la Shoah.

Marceline Loridan internée à Birkenau écrit L’Amour après.

Bulle Ogier, J’ai oublié.

Plus récent, La femme gauchère de Peter Handke, l’histoire d’une femme qui décide de vivre seule avec son enfant.

Les vaisseaux du cœur de Benoite Groult, histoire d’amour torride qui renverse toutes les valeurs bourgeoises de l’époque, qui prône la liberté d’aimer, avec la volonté de dépasser et transgresser les barrières morales et sociales.

Paul Guimard - auteur Des choses de la vie - et sa femme Benoite Groult – encore -coécrivent Le journal amoureux, et mêlent leur écriture. Ils racontent à tour de rôle leur quotidien. A travers un journal qui constitue un formidable document sur les années 1950 et sur le féminisme naissant d'une femme et d’un homme engagé.e.s qui participeront à tous les combats de leur époque.

LOGO FRANCE CULTURE.png
Emilie Lafarge
Marie-Hélène Roig