22 mai au 2 juin 2023

80 h / 11 j

Région Ile-de-France

Inscriptions ouvertes

Chantier ouvert à 14 artistes interprètes profesionnel.le.s

Explorer l’invisible chez Tchekhov

Qu’y a t il entre les mots ? Dans les blancs qui séparent les paroles des personnages ? Que s’y passe-t-il ? Autrement dit : qu’est-ce que l’écriture de Tchekhov n’écrit pas ? Mais qui résonne dans chacune de ses pièces ? Que faire des pauses qui suspendent l’action et le verbe ? Des silences qui se distribuent partout et qui ouvrent constamment le sens ? Ce sont ces questions que j’ai envie d’explorer et de partager.

On pourra partir d’une interrogation simple : que font les personnages qui ne parlent pas mais qui sont présents dans les scènes ? Comment assistent-ils à ce qui est en train de se dire ? Pourquoi donc Tchekhov les prévoit-il alors qu’ils ne disent rien ? Qu’est-ce qui se joue chez eux ? en eux ? dans le seul fait qu’ils soient là, présents, en écoute, et en regard ?

L’auteur donne peu de didascalies, et peu d’indications sur le passé, le présent de ses personnages. C’est à nous, acteur.rice.s et metteurs en scène, de soulever les questions, et de rêver. Plonger dans la vie de ces êtres avec ce que nous en connaissons, mais aussi avec nous-mêmes. Jouer un personnage, ça n’est pas enfiler une panoplie, mais croire. Croire que je suis lui, et qu’il est moi. Il s’agit de faire confiance, et de tendre l’oreille aux nouvelles qui nous viennent de l’intérieur : du texte, et des corps.

Nous travaillerons sur des scènes à deux, choisies dans le répertoire de Tchekhov et nous mènerons l’enquête en musique. La musique sera un moteur du travail. Grace à elle nous travaillerons sur l’écoute. Se servir de la musique comme d’une partenaire. Aller le plus tard possible vers le mot. Passer d’abord par le corps. Découvrir l’inconscient du corps, ce qui lui échappe. Chercher les chemins les moins évidents, admettre d’aller vers l’étrange, l’insolite, ouvrir des territoires inexplorés.

Nous travaillerons avec une technique de travail que je développe depuis plus de dix ans : « la manipulation des corps ». Un manipulateur fait bouger le corps de l’acteur presque comme s’il s’agissait d’une marionnette. L’action lui est déléguée de manière que l’acteur puisse vivre la scène qu’il joue sans réfléchir. En lâchant prise totalement. En n’étant plus que dans le ressentir, et la découverte au présent. La contrainte de la manipulation comme chemin vers la liberté.

Mais il sera aussi question de dramaturgie. Je travaillerai en binôme avec Leila qui a accompagné plusieurs mises en scène de Tchekhov comme dramaturge. Elle ouvrira des questionnements sur la langue, sur l’histoire, et son expérience sera un complément indissociable à mon travail de plateau.


Serge Nicolaï




LOGO FRANCE CULTURE.png
Serge Nicolaï
Leila Adham