28 août au 8 septembre 2023

80 h / 11 j

L’école des vivants – Sisteron (05)

Inscriptions ouvertes

Chantier ouvert à 12 artistes interprètes professionnel.le.s

Colloque ou l'art du conférencier

Entre spectacle et performance, les conférences sont de plus en plus nombreuses aujourd’hui dans la programmation des théâtres et festivals. Souvent jugées comme mineures par le passé, ces formes sont devenues peu à peu l'un des procédés artistiques importants du questionnement de l'art, du théâtre, et du monde. Elles véhiculent en effet des contenus singuliers, qui échappent à l’académisme et invitent à des voyages intellectuels et sensibles qui ne sont en général pas proposés dans les institutions du savoir.

Or paradoxalement, pour ces spécialistes de l’adresse publique que sont les conférenciers, les artistes qui s’engagent dans l’art de la conférence sont souvent des artistes isolés. Ils n’ont pas de groupe de travail pour se parler de leurs problèmes de conférences, et de leurs questions de conférenciers, pas de terrain d’entraînement pour tester leurs discours, pas de plateforme d’échanges de contenus et méthodes, pas de lieu spécifiquement dédié, pas de maison à eux, rien ne les représente. Bref, ils n’ont rien, alors qu’ils parlent pourtant de tout !

C’est pour répondre à ce manque que je propose de mener ce chantier « Colloque 2023 ou l’art du conférencier ».

Colloque 2023 sera conçu comme un centre d’entraînement pour artistes professionnel.le.s. L'objectif de ce chantier est que chaque participant.e puisse s’initier à l’art de la conférence et créer sa propre mini-conférence en l’expérimentant devant les autres membres du groupe afin de questionner le processus de travail et la proposition.

Parce que les questions posées par cette forme sont nombreuses. Car si la conférence interroge forcément son auteur et le discours qu'il souhaite produire, que deviennent alors le conférencier et ce discours quand elle se veut acte artistique ? Quels nécessités et objectifs ? Quelle dramaturgie ? Quelle part de l'oralité ? du texte ? de l'intime ? de l'accident ? du mouvement ? Quelles frontières entre le réel et l'imaginaire, le vrai et le faux ? Y a-t-il autant de types de conférences que de conférenciers ? L'art de la conférence est-il un art inné, indéfectiblement lié à la personnalité de celui qui la présente ? Ou bien y a-t-il, comme pour le clown, un travail à entreprendre pour trouver sa conférencière, son conférencier ?

Ce chantier nomade mettra toutes ces questions sur la table.


Chaque participant.e devra au préalable déterminer un sujet qu’il.elle souhaite développer et interroger : tous les thèmes sont possibles a priori, de l’intime à l’universel, du singulier au pluriel, de la petite à la grande échelle, mettant en jeu l’individu, l’humanité, le vivant, le monde, la pensée, la politique, les actions, les idées, les combats, les mouvements, les évènements, les lieux, la science, la mémoire, les souvenirs, le devenir, l’art, le contenu, le contenant, les formes… Des épinards, à un souvenir de vacances, d’une rencontre qui a changé la vie au vol d’un oiseau, de la sexualité des escargots à un objet de la vie quotidienne, etc…

Le travail consistera ensuite à chercher un questionnement puis une progression articulée, raisonnée ou déraisonnée, qui puisse faire l’objet d’une exposition devant un auditoire. Chaque participant.e apportera ainsi ses matériaux (textes, visuels, sons, objets, films, documents scientifiques, idées...) afin « d’écrire » à la table et au plateau son discours tout en expérimentant sa conférencière, son conférencier, et la conférence qu'elle ou il donnera.

Riches de toutes nos inventions, nous travaillerons parallèlement à la mise en jeu d’une forme collective, sous la forme d’un colloque international improbable.

Pour nourrir le travail, nous assisterons au cours de ce chantier et grâce à internet à quelques conférences artistiques contemporaines, où la singularité du conférencier le dispute à celle de son sujet, histoire de ne pas oublier que, dans notre Colloque 2023, tout est histoire de regard, et qu’à partir de là, tout peut arriver.


Frédéric Ferrer

En partenariat avec L'école des Vivants

LOGO FRANCE CULTURE.png
Frédéric Ferrer