backhome chantiers nomades
illustration chantier nomade machine

Contact

Chantiers Nomades
4, avenue Charles de Gaulle
38800 Le Pont de Claix
Tél : 04 76 25 21 95
com chantiersnomades.com

Newsletter

Entrez votre e-mail:
Confirmez cette adresse :

Accueil - Chantiers 2016 - Eveiller nos instants
Danse
Inscription

Eveiller nos instants

26 octobre au 4 novembre 2016 - 2 semaines / 63 h / 4 et 5 jours

Pavillon Mazar / Toulouse / Région MIdi-Pyrénées

Chantier ouvert à 15 artistes interprètes professionnel-les

Eveiller nos instants
© Gregory Batardon

Kaori Ito
Chorégraphe, danseuse, comédienne

Née au Japon, Kaori Ito étudie le ballet classique dès l’âge de 5 ans. A 20 ans, elle part à New-York pour intégrer la section danse de l’Université Purchase.
Dès 2003, elle tient le premier rôle dans la création de Philippe Decouflé, Iris. Elle collabore ensuite avec Véronique Caye, James Thierrée, Sidi Larbi Cherkaoui, Guy Cassiers, Aurélien Bory, Alain Platel ou encore Edouard Baer et Denis Podalydès.
En 2008, elle crée son premier spectacle Noctiluque, puis présente en 2009 sa deuxième création Solos au Merlan à Marseille (recréé pour la biennale de Lyon en 2012). En 2010, Island of no memories, obtient le 1er prix du concours (Re)connaissance. Parmi ses dernières créations : Je danse parce que je me méfie des mots et Religieuse à la Fraise.
En 2015, elle reçoit le prix Nouveau talent chorégraphie de la SACD et est nommée chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.

Eveiller nos instants
© DR

Pedro Kadivar - Cie Abolition des Frontières
Auteur, metteur en scène

Pedro Kadivar, auteur iranien, est installé à Berlin depuis 1996. Il y met en scène de nombreuses pièces de théâtre et dit qu’il est « partout et nulle part chez lui ». C’est à partir de 2004, lors d’une lecture-mise en espace de Une très douce soirée au festival Frictions (Dijon), qu’il commence à mettre en scène ses propres textes, dont Pièce d’automne – Un jour d’automne quelque part. Cette œuvre constitue le premier volet de Tétralogie de la Migration qui continue avec Pièce d’hiver - Une visite au musée.
Il a été auteur en résidence à la Maison des Auteurs à Limoges en 2012. Sa pièce Pays obtient le Prix SACD 2014 de la dramaturgie de langue française et est lauréate de l’aide à la création du CNT en novembre 2014.
Son dernier ouvrage Petit livre des migrations vient d’être publié dans la collection « le sentiment géographique » chez Gallimard.

Kaori Ito, danseuse d’origine japonaise, et Pedro Kadivar, écrivain et metteur en scène d’origine iranienne, conjuguent leurs expériences pour interroger les notions d’enracinement et de déracinement.
La racine n’est pas une chose fixe et immuable, enterrée à jamais dans une certaine terre à un certain endroit du monde. Elle n’est pas simplement une donnée du passé.
Kaori Ito, danseuse d’origine japonaise, et Pedro Kadivar, écrivain et metteur en scène d’origine iranienne, conjuguent leurs expériences pour interroger les notions d’enracinement et de déracinement.
La racine n’est pas une chose fixe et immuable, enterrée à jamais dans une certaine terre à un certain endroit du monde. Elle n’est pas simplement une donnée du passé.
Elle se déplace et grandit avec nous. Elle change de forme et de couleur au fur et à mesure que l’on avance dans la vie. Notre regard sur elle, notre rapport à elle changent avec le temps. Nos corps se promènent dans le monde. Ils se transforment de même que notre propre perception de nos corps. On s’enracine et on se déracine, quelque part nous sommes tous « immigrés de nos propres vies ». Cependant, en élargissant notre conscience, nous pouvons créer notre propre identité et la déplacer avec nous. Peut-être en ayant conscience des interrogations qui nous sont communes et qui nous relient.
Chacun écrira une série de questions qui le touchent de près, qui pourront être à la fois profondes et légères, et à partir desquelles nous allons développer et personnaliser un univers pour chacun et élaborer une matière textuelle commune.
 A partir d’improvisations individuelles et collectives, d’un travail sur la sensibilité animale, sur l’écoute de l’autre et de l’espace, il s’agira de trouver un lâcher-prise, d’agrandir l’énergie invisible, de convoquer une danse qui parle instinctivement du corps, et ainsi d’agrandir sa propre présence.

Kaori Ito & Pedro Kadivar

En partenariat avec le Pavillon Mazar, dans le cadre des Chantiers Mazar

© Les Chantiers Nomades 2013 - Images "machines" et charte graphique ©Studio Desperado - Site mis à jour vendredi 21 avril 2017