backhome chantiers nomades
illustration chantier nomade machine

Contact

Chantiers Nomades
4, avenue Charles de Gaulle
38800 Le Pont de Claix
Tél : 04 76 25 21 95
com chantiersnomades.com

Newsletter

Entrez votre e-mail:
Confirmez cette adresse :

Accueil - Chantiers 2016 - Colloque ou l’art du conférencier
Théâtre
Inscription

Colloque ou l’art du conférencier

4 au 22 avril 2016 - 3 semaines / 105 h / 3 x 5 jours

Paris / Région Ile-de-France

Chantier ouvert à 15 artistes interprètes professionnel-les

Colloque ou l'art du conférencier
Frédéric Ferrer

Frédéric Ferrer
Auteur, metteur en scène, comédien

Depuis 2003, Frédéric Ferrer crée des spectacles à partir de ses textes et de sources documentaires, où il interroge notamment les figures de la folie (Apoplexification à l’aide de la râpe à noix de muscade et Pour Wagner) ou les dérèglements du climat à travers Les Chroniques du réchauffement. En 2010, il traite de territoires inattendus : après A la recherche des canards perdus et Les Vikings et les satellites, Les déterritorialisations du vecteur et Pôle Nord, il crée en 2015 la cinquième cartographie de son atlas, Wow !, autour des possibilités de vie extraterrestre. Parallèlement il a mis en scène son premier spectacle jeune public Sunamik Pigialik ? (Que faire ? en inuktitut). Frédéric Ferrer a été lauréat de l’Aide à la création dramatique du Centre National du Théâtre pour Kyoto Forever et travaille sur un nouveau projet, Kyoto Forever 2, qui proposera la mise en jeu d’une conférence de l’ONU sur le changement climatique.

Entre spectacle et performance, les conférences sont de plus en plus nombreuses aujourd’hui dans la programmation des théâtres et festivals. Souvent jugées comme mineures par le passé, ces formes sont devenues peu à peu l’un des procédés artistiques importants du questionnement de l’art, du théâtre, et du monde. Une conférence interroge forcément son conférencier et le discours qu’il souhaite produire. Mais quand elle se veut acte artistique, que deviennent ce conférencier et son discours ? Quels nécessités et objectifs pour l’artiste ? Quelle dramaturgie ? Quelle part de l’oralité ? Du texte ? Du théâtre ? De l’intime ? De l’accident ? Quelles frontières entre le vrai et le faux, le réel et l’imaginaire, la réalité et la fiction ? Y a-t-il autant de types de conférences que de conférenciers ? L’art de la conférence est-il un art inné, indéfectiblement lié à la personnalité du conférencier ? Ou bien y a-t-il, comme pour le clown, un travail à entreprendre pour trouver sa conférencière, son conférencier ?
L’objectif principal de ce chantier est que chaque participant puisse créer sa propre conférence. Chacun devra d’abord déterminer un sujet qu’il souhaite développer et interroger : tous les thèmes sont possibles a priori, mettant en jeu l’intime, l’individu, l’humanité, le monde, la pensée, les actions, les idées, les mouvements, les évènements, les lieux, la science... Le travail consistera ensuite à chercher un questionnement puis une progression articulée, raisonnée ou déraisonnée, qui puisse faire l’objet d’une exposition devant un auditoire. Chacun-e apportera ainsi ses matériaux (textes, visuels, sons, objets, films, documents scientifiques, idées...) afin « d’écrire » à la table et au plateau son discours tout en expérimentant sa conférencière, son conférencier, et la conférence qu’elle ou il donnera.
Riches de toutes nos inventions, nous travaillerons parallèlement à la mise en jeu d’une forme collective, sous la forme d’un colloque international que j’espère aussi improbable que délirant.
Pour nourrir le travail, nous assisterons au cours de ce chantier et grâce à internet à quelques conférences artistiques contemporaines, ou la singularité du conférencier le dispute à celle de son sujet. Nous accueillerons aussi un chercheur en Sciences de la Vie et de la Terre afin qu’il nous parle de ses travaux, de ses méthodes et qu’il nous fasse une conférence sur l’un de ses objets d’étude, pour ne pas oublier, dans notre colloque, que tout est histoire de regard, et qu’à partir de là, tout peut arriver.

Frédéric Ferrer

© Les Chantiers Nomades 2013 - Images "machines" et charte graphique ©Studio Desperado - Site mis à jour mardi 17 octobre 2017