backhome chantiers nomades
illustration chantier nomade machine

Contact

Chantiers Nomades
4, avenue Charles de Gaulle
38800 Le Pont de Claix
Tél : 04 76 25 21 95
com chantiersnomades.com

Newsletter

Entrez votre e-mail:
Confirmez cette adresse :

Accueil - Chantiers 2014 - Le je, le jeu et le cinéma
Cinéma
Inscription

Le je, le jeu et le cinéma

17 au 29 novembre 2014 - 2 semaines / 84 heures

Pavillon Mazar / Toulouse / Région Midi-Pyrénées

Chantier ouvert à 12 comédiens professionnels

Le je, le jeu et le cinéma

Manuel Poirier
réalisateur

C’est en 1984 que l’on découvre Manuel Poirier ; il réalise deux courts métrages, La Première journée de Nicolas et La lettre à Dédé, des portraits de jeunes libérés de prison confrontés aux difficultés de leur réinsertion.
En 1992, il réalise son premier long métrage, La Petite amie d’Antonio . Toujours dans un décor de campagne et traitant de la réalité sociale et des relations humaines, les films de Manuel Poirier restent fidèles à certains acteurs, notamment Sergi Lopez, Sacha Bourdo ou encore Serge Riaboukine.

Manuel Poirier obtient son premier vrai succès public avec Western qui met en scène un Espagnol et un Russe se liant d’amitié sur les routes bretonnes. En 2000, il tourne Te Quiero , puis un documentaire De la lumière quand même. Il renoue avec les longs métrages avec Les femmes... ou les enfants d’abord..., La Maison. Son dernier film, Le café du pont, est l’adaptation du roman autobiographique éponyme du chanteur Pierre Perret sur son enfance.

Le je, le jeu et le cinéma

La réflexion menée par Manuel Poirier tout au long de sa carrière sur le rôle du cinéma dans la société, a fait de lui un réalisateur du « réel ». A rebours des pratiques et des séductions spectaculaires du cinéma commercial, Manuel Poirier propose une double alternative où septième Art et art de vivre se retrouvent, s’interpénètrent, et se réinventent. Il s’agit de construire de la fiction au cœur du monde réel ; de faire vivre des personnages et leur histoire sur les plateaux d’un monde comme visité à l’improviste, presque en contrebande, et en y touchant le moins possible.
La méthode de Manuel Poirier c’est : « les acteurs d’abord », de les laisser orienter le destin de son film. Il travaille en réalisant au préalable de nombreuses répétitions entre quatre yeux, corps à corps évolutif avec un scénario écrit lâche exprès.
Durant ce chantier, il s’agira de tenter de construire ensemble une aventure collective, humaine et artistique à travers l’approche du jeu au cinéma.
Ce chantier va aborder le jeu de l’acteur devant la caméra et sa place dans le regard particulier que Manuel Poirier porte au cinéma d’aujourd’hui, un regard tourné avant tout sur l’individu, voir l’homme avant l’acteur. Mais ce sera également le contexte d’un vaste échange de point de vue sur le jeu et le regard de l’autre mais aussi sur le cinéma contemporain et la place de l’acteur.

Des exercices de jeux seront proposés concernant notamment le travail de l’acteur avec et sans contraintes, avec et sans caméra, avec et sans improvisations, avec une ou plusieurs prises… Sous le regard de Manuel Poirier, les acteurs seront amenés à écrire seuls ou collectivement des bouts d’histoire, des situations… qui serviront de base au tournage de quelques séquences.

© Les Chantiers Nomades 2013 - Images "machines" et charte graphique ©Studio Desperado - Site mis à jour jeudi 13 juillet 2017